L’histoire de la cigarette électronique et du e-liquide

La cigarette électronique n'est pas une invention si récente mais sa commercialisation n'a débuté qu'il y a environ 10 ans. Le personnage clé pour la e-cig est Hon Lik, qui a eu bien des difficultés à se voir reconnaître la paternité de ce dispositif pensé pour substituer le tabac traditionnel.

Ce pharmacien chinois produit moins que des géants du secteur du pays qui ont copié son brevet, qu'il a déposé en 2005. Aujourd'hui, d'après L'Expansion Express (1), rien qu'en France, le marché de la cigarette électronique pèse entre 100 et 200 millions d'euros, ce qui est loin d'être négligeable.

Qui a inventé le e-liquide ?

La genèse

La cigarette électronique ne date pas d'hier. C'est Hebert A. Gilbert qui est le premier inventeur officiel de la cigarette électronique en 1963. Cet ancien combattant de la guerre de Corée et diplômé en affaires dépose le premier brevet de la cigarette électronique, à l'air chauffé et aromatisé, en 1965. Toutefois, son concept ne fut jamais commercialisé.

La cigarette électronique première génération

La première e-cig qui a été connue par le grand public fut inventé par Hon Lik. Cet ingénieur pharmaceutique chinois a vécu dans une partie de la Chine où la culture de tabac était locale. Gros fumeur avec 2 paquets par jour, il essaie d'arrêter la cigarette via les patchs de nicotine, mais n'y parvient pas. Il est en situation de manque, sans la fumée et le rituel. Après plusieurs prototypes, il dépose en 2005 un brevet pour une "cigarette sans fumée à pulvérisation électronique", technique par ultra sons.

En 2006, toute l'industrie cigarettière se ligue contre lui et il se sent victime d'une campagne de dénigrement, alors que son père vient de décéder d'un cancer du poumon, lié à l'excès de tabac. Hon Lik va s'associer à une société et son entreprise va changer plusieurs fois de nom, avec des usines implantées au Nord de la Chine. La cigarette électronique a par définition une histoire chinoise. En effet, le brevet de Hon Lik va ensuite être copié et des e-cigarettes sont produites en masse dans le sud de la Chine.

La e-cigarette seconde génération

Aujourd'hui, le système commercialisé est la e-cig qui fonctionne avec une résistance chauffante, à l'électricité et à vaporisation. Breveté en 2009, on la doit à un autre Chinois, David Yunqiang Xiu.

Le développement du produit

Quand le succès est au rendez-vous, il est copié et critiqué. Hon Lik a trouvé un soutien de taille avec la filiale Fontem Ventures, fabricant de produits sans tabac, qui a racheté les brevets de l'inventeur. D'ailleurs, elle attaque par voie judiciaire, ses concurrents pour contrefaçon.

La cigarette électronique est fabriquée sur tout le territoire chinois. C'est un commerce florissant. Les boutiques sélectionnent les accessoires et les e-liquides, pour les revendeurs. Toutefois, en Europe et aux Etats-Unis, de plus de plus de marques apparaissent avec leurs spécificités. Ainsi, sur le site de Calumette, nous vendons des marques françaises comme les eliquides sans alcool Roykin, la marque Alfaliquid, avec une grande diversité de parfums, Vincent dans les Vapes (VDLV) avec des arômes naturels ou Silverway avec du végétol.

Aujourd'hui, la pérennisation de la cigarette électronique est effective dans le monde entier. Bien que l'OMS admette que la e-cig soit moins novice que la cigarette traditionnelle, il y a peu d'études faites par des organismes indépendants. Bon nombre de recherches ont été financées par l'industrie du tabac, ce qui peut rendre contestables leurs résultats.

 

[1] L'express : La cigarette électronique dans l'économie française  http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/cigarette-electronique-combien-pese-t-elle-dans-l-economie-francaise_1407055.html