Le vapotage passif

Le fait de respirer de la vapeur d'une e-cigarette est-il du vapotage passif, au même titre que respirer la fumée est du tabagisme passif ? La réponse est clairement négative d'après des études américaines qui confirment l'absence de vapotage passif, en raison de la très faible dose de substances nocives en inhalation.

L'interdiction de vapoter dans les lieux publics a été assimilée à un potentiel vapotage passif, alors qu'il n'en est rien : la cigarette électronique fait bien trop penser au tabac et reste assimilée dans l'opinion publique à la cigarette traditionnelle.

L'absence de vapotage passif

Une étude américaine (1)  a écarté l'hypothèse du vapotage passif, dans le sens où la vapeur ne contient pas un taux suffisamment élevé de substances nocives, pour être considérée comme dangereuse pour la santé.

Aujourd'hui, ce sont le manque de recul et la jeunesse du dispositif qui sont les éléments qui jouent en défaveur de la e-cig. Même si les substances sont résiduelles dans la vapeur, la prudence reste de mise, vu que l'on ne connaît pas, sur des années, les effets sanitaires d'une exposition passive à la cigarette électronique.

Pourquoi interdire le vapotage dans les lieux publics ?

Conformément à l'article 28 de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé (2), il est interdit de vapoter dans les établissements accueillant des mineurs comme les lycées, les transports en commun et les lieux de travail, ainsi que dans un lieu fermé. En effet, cette loi uniformise les règles en matière d'usage de la cigarette électronique. Des entreprises avait intégré dans leurs règlements intérieurs l'interdiction de l'usage de la cigarette électronique, dans leur enceinte.

Cette loi fait surtout suite à un arrêt de la Cour de Cassation du 26 novembre 2014, qui établissait que la cigarette électronique de par son fontionnement à base de vapeur, ne pouvait être assimilée à du tabac et donc comme la e-cig n'était pas interdite, aucune sanction n'était applicable (dans les faits, une personne avait eu une amende parce qu'elle vapotait dans un hall de gare).

Alors, pourquoi interdire la cigarette électronique s'il n'y a pas de vapotage passif à proprement parler ?
La e-cigarette est "jumelle" de la cigarette, car dans la gestuelle, vapoter et fumer sont similaires. Les autorités de santé craignent un retour en arrière, alors que la loi Evin date de 1991. Si les personnes vapotent dans les lieux publics, pourquoi les fumeurs ne pourraient-ils pas de nouveau fumer en public ? Elles ne souhaitent pas une banalisation de la cigarette électronique, au point que des non-fumeurs et des mineurs soient tentés d'expérimenter ce dispositif.

 

[1] L'étude : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26576834
[2] Article 28 de la loi du 26 janvier 2016