Santé et e-liquide

Le e-liquide est-il dangereux ?, difficile de répondre à cette question entre les études de santé financées par des organismes non indépendants, la position des pays qui divergent en la matière et le marché financier qu'il représente. Aujourd'hui, un vapoteur a des difficultés à trouver des informations pertinentes pour sa santé.

Bon nombre de vapoteurs utilisent la cigarette électronique comme un instrument de sevrage pour arrêter le tabac. Pourtant, les informations officielles sur la cigarette électronique données par le Ministère de la Santé ne préconisent en rien son usage. Mais Tabac Info Service (1) et le Haut Conseil de la Santé Publique indiquent que "la cigarette électronique peut constituer une aide pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac". La seule alternative officielle reste le patch de nicotine. Toutefois, les fumeurs ne s'y retrouvent pas forcément avec les subsituts nicotiniques, entre l'absence de fumée et l'habitude à perdre de tenir une cigarette à la main.

Le e-liquide : un vrai sujet de débat, en matière de santé publique

Le tabac est la première cause de mortalité évitable, avec 60 000 décès chaque année en France, par cancer, infarctus ou mort subite. La cigarette est toxique et rien que sa fumée est composée de 93 substances nocives pour la santé ! Il est interdit de fumer dans les lieux publics, suite à la loi Evin du 10 janvier 1991. Aujourd'hui, la même interdiction est pratiquée pour la e-cigarette.

La cigarette électronique est un produit relativement jeune. En une dizaine d'années, les chercheurs disent qu'ils n'ont pas suffisamment de recul pour voir l'impact sur la santé sur le long terme. Pour le consommateur, bien qu'elles soient réelles, les différences entre tabac et e-liquide restent floues.

D'ailleurs, le vapotage passif est laissé en suspens. Des études précisent que l'inhalation de la fumée de la cigarette électronique ne contient que des quantités extrêmement faibles des substances du eliquide et qu'on ne peut pas parler de vapotage passif. Toutefois, l'interdiction de vapoter dans les lieux publics est un élément qui peut semer le doute dans l'esprit public.

La composition du e-liquide au cœur de la problématique

La composition des eliquides est souvent mise en cause. On le sait, le e-liquide contient du propylène glycol, de la glycérine végétale, parfois de l'eau et de l'alcool, des arômes. Récemment, une étude de l'université de Harvard a mis en relief la présence de deux substances nocives que sont la diacétyle et l'acétyle propionyle issus des arômes. Toutefois, les tabacologues ont relativisé cette "révélation", dans le sens où elles sont également présentes dans les cigarettes, à une proportion de 10 à 100 fois plus élevée.

Certaines personnes se plaignent de toux à la première vape, de gorge sèche, suite au vapotage. C'est souvent lié à la forte proportion de propylène glycol jusqu'à 80%. Y a-t-il des intolérances au PG ? Certaines personnes ne supportent pas bien le PG et il est préférable de se tourner vers des e-liquides High-VG ou à base de végétol.

L'ingestion des eliquides : un vrai danger ?

Le eliquide est un produit à inhaler et non à ingérer. Pourtant, il peut arriver que des personnes et notamment des enfants avalent ces substances, qui sont nocives, sous cette forme. Le eliquide est accusé d'être attirant, pour les plus jeunes, par leurs arômes de bonbons ou de fruits.

Aux Etats-Unis, il ne représente que 0,06% des cas d'intoxication dans les centres anti-poisons, ce qui est très peu d'autant qu'il n'y a pas eu de décès en lien avec cela. Il y a bien plus d'accidents avec les médicaments, les cosmétiques et les produits ménagers, qui peuvent causer des empoisonnements, d'autant plus qu'il y a une sécurité enfant sur tous les bouchons.

[1] Tabac Info Service et la cigarette électronique : http://www.tabac-info-service.fr/J-arrete-de-fumer/Je-choisis-ma-strategie/La-cigarette-electronique-et-la-sante